La Guerre des 5 Clans
Bonjour cher minet, et bienvenue par minous! Nous espérons de tout cœur que tu rejoindras un Clan et que y seras fidèle! Nous t'attendons!


Autumn/Halloween design (C) Lulu 017
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mes écrits ▬ Non fiction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
APP.-GUERISSEUR DE L'OMBRE
avatar
Messages : 142
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 15
Localisation : Lost in a world that doesn't exist.

Feuille de personnage
SKIES: 166
Âge (en lunes): 10 lunes.
Infos diverses:
MessageSujet: Mes écrits ▬ Non fiction.   Lun 10 Avr - 14:07

Je créé ce sujet afin d'avoir un espace ou déposer mes émotions, mes écrits, mon mal être ou autre. Les critiques/commentaires sont bien sûr les bienvenus.
▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬

Des barreaux. Partout autour de moi, des barreaux, des grilles oppressantes m'enserre et m'étouffe. Sauf que je ne peux rien y faire, parce que ces grilles, je le sais très bien, c'est moi qui les ai créées. Je pense, pense et pense encore. Je me pose des questions qui n'auront jamais de réponse, et toutes ces bribes de raisonnement immature ne cessent de tourner autour de moi, sans me laisser de répit. A cette ronde sans fin s'ajoute sans cesse de nouveaux écrits, de nouvelles pensées, d'autres questions. Ce mélange ne cesse de s'épaissir, il se transforme en une substance sombre et acre qui rentre dans ma bouche, mon nez, m'empêche de respirer, perturbe ma vision. Je meurs, et personne ne s'en rend compte. Je ne peux plus me lever le matin. A quoi sert cette vie? A quoi je sers moi? Est ce que j'existe encore? Il faut que je vérifie.
Je saigne. Mon cœur continue à jouer son rôle de pompe. Poum, poum, poum. Encore et encore. Pourtant, je n'ai pas l'impression qu'il m'appartient. Pour qui bat ce cœur? Pour moi? Mais c'est qui moi? Cela fait tellement longtemps que je me perds. Je ne sais plus qui je suis. Une fille paumée? Je me résume donc à cela? Une fille prisonnière à l’intérieur d'elle même, prisonnière de ce corps qu'elle déteste, piégée par des pensées et des émotions trop présentes. Fatiguée, aussi. Beaucoup trop fatiguée. Les livres restent là, l'écriture aussi. Mais ça ne me permet pas de m'évader assez. Je voudrais partir, m'envoler puis disparaître. Je ne veux pas mourir. La mort laisse trop de choses derrière elle. Des rêves inachevés, un futur qui n'arrivera jamais. La douleur de ceux qui restent.
Moi, ce que je veux, c'est disparaître. Comme ça, sans un mot. Emportant ce que j'ai été, ce que je suis, ce que j'aurais peu être. Je veux ne jamais avoir existé.

Depuis toute petite, j'avais cette habitude. Me réfugier dans ma tête, parce que le monde réel était bien trop dur, bien trop dense. Je n'aimais pas ce monde. Maintenant, je le déteste. Mais je déteste aussi ce qu'il y a à l’intérieur de moi, toutes ces fictions laissées en plan, ces fantasmes impossibles. Ces idées noires qui m’étouffent, mais je n'arrive plus à en sortir. Je saigne, l'eau de la douche est rouge. Mais ce n'est pas mon sang. Rien de ce qui n'est là n'est à moi. Je ne veux pas de ce corps, je ne veux pas de cet esprit. Laissez moi sortir.
Il y a cette barrière avec moi et les autres. Qui rient, s'habillent comme ils le veulent. Tout semble si facile avec eux. On me dit d'être moi même, ça ira mieux après. Il faut juste que je fasse un petit effort, ce n'est pas compliqué. Mais je ne peux pas, je ne sais pas qui je suis. Tout est trop lourd à l’intérieur de moi, comment soulever cette masse et suivre les autres? J'ai besoins de laisser mon corps derrière moi pour les suivre. Mais comment sortir de son corps? Quelqu'un peut-il m'aider? Je crie. Mais ils ne s'arrêtent pas. Je n'ai jamais su crier assez fort. Que ce soit pour dire aux autres de me laisser seule, ou au contraire de se rapprocher de moi, je n'ai jamais su crier assez fort.

******



Fanty:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHEF DU VENT
avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 18

Feuille de personnage
SKIES: 280
Âge (en lunes): 46
Infos diverses:
CHEF DU VENT
MessageSujet: Re: Mes écrits ▬ Non fiction.   Lun 10 Avr - 14:58

Je suis passée par le même stade il n'y a pas si longtemps - j'en suis heureusement sortie Coeur je ne peux que comprendre ce que tu traverses, et je pense que beaucoup de personnes sur le forum connaissent aussi cet état d'esprit.
Même si tu te sens noyée, dispersée, perdue, sache qu'il y a bien des manières d'émerger de ce cauchemar (et qu'on se créé nous-mêmes, comme tu le dis si bien). Je peux te conseiller plusieurs livres qui traitent du bien-être intérieur et d'un en particulier qui m'a donné le coup de pied au cul dont j'avais besoin. Sache en tous cas qu'il ne s'agit que d'un angle de vue, et quand on tourne la tête, c'est un champ de pâquerettes qu'on voit (j'exagère à peine !) :)

L'humain est complexe, alors ne compliquons pas notre vie davantage ♥️

******




"Si un jour, tu doutes,
Alors plonge ton regard dans celui du crépuscule nébuleux
Et peut-être comprendras-tu le dialecte des étoiles"



Je t'aime.  Kawai

Caverne des Miracles:
 

Et n'oubliez pas : vive le beurre salé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APP.-GUERISSEUR DE L'OMBRE
avatar
Messages : 142
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 15
Localisation : Lost in a world that doesn't exist.

Feuille de personnage
SKIES: 166
Âge (en lunes): 10 lunes.
Infos diverses:
MessageSujet: Re: Mes écrits ▬ Non fiction.   Mer 19 Avr - 18:40

Bien sûr, on fait tous ce que l'on peut je pense, mais après les gens réagissent aussi différemment dans différentes situations. :)

A LIRE AVANT LE TEXTE:
 

Ça m’est déjà arrivé de mourir. Ça arrive tout doucement, on ne sent rien arriver. C’est furtif, c’est silencieux. On se sent mal, puis encore plus mal, encore plus mal. On fait une crise, et le lendemain, lorsque l’on se réveille, ça y est, c’est fini, on est mort. Pourtant, on ne peut pas le prévoir.
On est mort, mais on souffre encore. Et c’est ça le pire. Imaginez une seule seconde, vous coulez, vous ne pouvez pas respirer, vous ne pouvez pas hurler votre peur. Il y a seulement cette eau sombre tout autour de vous, vos poumons compressés qui cherchent de l’air, votre tête qui explose de souffrance. Vous devez mourir, maintenant. Pourtant, vous êtes encore là, et vous souffrez, souffrez, souffrez, souffrez… C’est sans fin. Vous n’existez plus comme avant, vous n’avez plus de goût, de préférences. Même vos sentiments sont partis. Vous savez que vous adorez vos amis, vos frères et sœur, et pour rien au monde vous ne voulez les blesser. Mais quand vous cherchez, même au plus profond de votre cœur, il n’y a plus la petite once d’amour, pas le moindre frémissement de vie. Votre âme en elle-même a disparue, et vous n’êtes qu’une coquille remplie de souffrance et de souvenirs. Tellement vide.
C’est ça que j’aimerais bien dire des fois. Je ne veux pas de vos médocs. A la limite, je m’en fiche même de guérir. Faites-moi juste disparaître. Un accident déplorable, une maladie mortelle dont personne ne serait coupable. Juste ça, je vous en supplie. Permettez-moi de mourir sans faire de mal autour de moi, avant que je me jette moi-même d’un pont.
De pont, il y en a un dans ma ville, qui surplombe la Loire. Près du collège, quelques minutes de marche, et ont y est. J’y passe toutes les semaines. Le mardi après-midi, je finis à 15h30. Je ne le dis pas à mes parents, personnes ne vient me chercher. On fait la bise aux amis, « Bye, à demain », un signe de la main, et on peut y aller. Des écouteurs dans les oreilles, la musique qui hurle, pour effacer un peu de vide, et on marche. On dit bonjour aux gens en vélos, il faut rester polie. Bonjour le monsieur sur le banc. Bonjour le chien, aussi tient. Ça y est, j’y suis. Je laisse ma main trainer sur le parapet, l’éraflant au passage. Tant mieux, je pourrais arracher la peau quand je n’aurais plus d’ongles. Et puis si je ne me sens toujours pas bien, j’ai ce qu’il faut, bien caché dans ma chambre.
On se penche le plus possible, regardant la violence de l’élément en contrebas. On joue avec la gravité, on essaye de ressentir un petit bout de peur. Le problème, c’est les voitures arrêtées au feu rouge. Si elle n’était pas là, Je m’assiérais sur le parapet. Je me retournerai pour me mettre les pieds vers le vide.
Je sauterai, peut-être.
Mais voilà, même en jouant avec ce qu’il me reste de vie, j’ai peur du regard des autres.

******



Fanty:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mes écrits ▬ Non fiction.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes écrits ▬ Non fiction.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les écrits de Gala (fan-fiction de Vampire Knight et divers)
» [3ème année et +] #Cours 1# Le sortilège de stupéfiction
» PEtite fiction de Punxy pour les fans de Green Day ^^
» [Fan-fiction] Plasma, Wiret, Rhad'... et les autres.
» info sur docu fiction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des 5 Clans :: La détente après le RP :: Art :: Ecriture :: Fiction & co-
Sauter vers: